logo-mini

Les métiers del'édition

Alors qu’il y a encore quelques années il était particulièrement difficile, sinon impossible, pour un auteur débutant de voir son livre imprimé, nombre des obstacles qui barraient la route de l’écrivain en herbe sont aujourd’hui tombés. Aujourd’hui, avec un peu de patience ou un peu d’aide, tout le monde peut utiliser l’offre CreateSpace du géant Amazon, ou le site lulu.com, et publier ainsi son roman, ses poèmes, son recueil de souvenirs... En quelques minutes, votre livre électronique est prêt à parcourir le monde, et son grand frère de papier n’est pas bien loin derrière.

De nombreuses maisons d’édition ont vu le jour au cours de ces dernières années, alors même que le chiffre d’affaires des ventes de livres a plutôt tendance à régresser. Si l’arrivée de ces nouveaux venus semble avoir eu une incidence positive sur la richesse de l’offre, l’éclatement de la sphère éditoriale s’est également traduit par une certaine baisse de la qualité des ouvrages proposés.

Aucun jugement sur le style ou sur le fond, naturellement. Chaque auteur est le maître de son récit et de son œuvre, et reste libre ou pas de souhaiter une réécriture partielle de son travail.
Non, il s’agit ici de souligner le manque de moyens financiers des petites maisons d’édition, dans lesquelles on souvent remplacé le relecteur-correcteur par le correcteur orthographique de leur traitement de texte favori et un groupe d’amis ou de fidèles, qui se prête volontiers au jeu de la lecture-test.

Ne vous est-il jamais arrivé de faire l’acquisition d’un livre – numérique ou papier, peu importe – et de ne pas le terminer ? C’est ce que près d’un Français sur deux admet avoir déjà fait concernant ses livres numériques. Et une mauvaise orthographe ou une syntaxe défaillante peuvent être l’une des raisons de cet abandon.

correction

L’orthographe est le cricket des Français.
Le cricket et l’orthographe ont en commun d’être incompréhensibles aux étrangers, sans parler des indigènes.1

1 Alain Schifres, Les Hexagons, Robert Laffont, Paris, 1993.

Des questions ? Un devis ?